Ryouma commençait à regarder le visage de Ryouma anxieusement.

Ryouma se demandait si son expression avant autant changé.

 

« Fumu… Monsieur Mikoshiba pense que gagner contre les chevaliers n’est pas le problème principal… Le problème qui vous inquiète est comment le royaume pourra se protéger après avoir destitué le général Hodram, j’ai raison ? »

 

Après avoir dit cela, le comte Bergston tourna son regard vers Ryouma.

 

« En effet. C’est le problème dont j’étais inquiet… »

 

« Alors pourquoi ne pas faire de dame Meltina la commandante ? »

 

« Ooh ! Comme prévu de la part du comte Bergston Quel idée splendide ! »

 

Leur idée était de remplacer le général Hodram par quelqu’un qui est complètement loyal à la princesse.

Effectivement, cette proposition signifie qu’ils auront seulement besoin d’éliminer Hodram ; donc aucune réduction de la puissance militaire du royaume n’adviendrait.

Cependant, Ryouma fit non de la tête. Parce qu’il pensait que c’était impossible.

 

« C’est impossible… Meltina est trop imprudente pour un tel poste. »

 

Meltina était effectivement brave et avec un fort sens de justice. Plus important, elle est extrêmement loyal envers la princesse.

On peut voir qu’elle était pertinente pour le poste.

Cependant, ce n’était pas que la force pure qui était nécessaire.

Bien que Meltina n’aimait pas les disputes de faction et que sa loyauté pour la princesse et le royaume n’était pas discutable, le problème est comment elle pensait que son sens des valeurs était absolu et que les autres devaient avoir les mêmes valeurs qu’elle.

En particulier, elle croyait que tout le monde devait jurer une fidélité inconditionnelle à la famille royale.

 

Bien entendu, ce n’est pas totalement sa faute. Vu qu’elle travaille pour le royaume de Rozeria, il est naturel pour elle de penser de tel façon.

Mais les êtres humains ne sont pas des créatures simples, ils ont aussi de nombreux autres sens. Comme le désir, la préservation, différentes manières de penser, de percevoir et différents intérêts.

Si elle avait le pouvoir absolu, alors n’aura pas à considérer la volonté des autres.

Elle les écrasera simplement avec la force pure.

 

Cependant, la situation que la princesse Lupis affrontait maintenant ne peut pas être résolu juste par la force.

Juste en termes d’équilibre des puissances, la princesse était la plus faible.

Donc elle a besoin de quelqu’un qui peut diriger les chevaliers qui dans le même temps lui jurer fidélité.

Il est crucial pour une telle personne d’être capable de comprendre l’insatisfaction des autres chevaliers.

Avec de tels exigences, il était impossible pour quelqu’un comme Meltina d’assurer ce genre de poste.

 

« « ………………………………………… » »

 

Les comtes, ayant entendu les explications de Ryouma, restèrent silencieux.

Bien que leurs yeux ne brillaient pas de confiance comme avant, au moins ils connaissaient maintenant l’importance du problème comme il le voyait. C’est pourquoi les deux étaient incapable de dire quoi que ce soit.

Dans leurs esprits, ils peuvent même imaginer que les chevaliers pourraient s’enfuir à cause de l’immense fierté de Meltina.

 

« Je vois… en effet, elle ne convient pas au poste… mais si c’est le cas, qu’allez-vous faire ? Allez-vous recommander quelqu’un de la faction des chevaliers ? »

 

« Non… Je ne veux pas faire cela si c’est possible… vu qu’il y aura toujours la possibilité que nous finissions par créer un autre Hodram. »

 

Ryouma secoua la tête, rejetant la suggestion de Bergston.

S’il choisissait subitement un nouveau chef des chevaliers dans la faction même des chevaliers, il serait vu comme quelqu’un qui n’est plus dans la confiance de la princesse.

Bien entendu, une chose comme choisir un nouveau commandant n’est pas inhabituelle. Mais Ryouma ne pouvait se risquer à promouvoir un chevalier, vu qu’il craignait qu’il y ait une chance qu’il échoue à amener la faction des chevaliers du côté de la princesse après la destitution du général Hodram.

Et il ne faut pas oublier que la personne qui remplacera le général sera a un poste de grand pouvoir…

 

C’est pourquoi il avait besoin de quelqu’un de confiance, une personne qui prêtera allégeance à la princesse Lupis.

Tout cela dans le but d’empêcher l’apparition d’un deuxième Hodram.

 

« Ah, oui ! Il y a quelqu’un comme ça ! »

 

« Eh ?! »

 

Ryouma douta de ses oreilles pendant un moment vu que ce n’était autre que le comte Zerev, l’homme qui était resté silencieux pendant si longtemps, qui a soudainement parlé.

 

« Est-ce vrai ? Comte Zerev ? »

 

L’expression du Comte Bergston radiait aussi de surprise.

 

« Oui. Elle n’a pas seulement l’expérience, mais aussi une bonne personnalité ! En toute confiance, je parierais ma vie sur la pertinence de cette personne ! »

 

« Elle ? est-ce une femme ? »

 

« Oh ? Vous êtes toujours perplexe, comte Bergston ? C’est elle… la Déesse Blanche de la Guerre du royaume de Rozeria. »

 

« C’est vrai ! Comment ai-je pu oublier cette personne ! »

 

‘La Déesse Blanche de la Guerre de Rozeria’

Après avoir entendu un titre aussi grandiose, un regard de stupeur apparu sur le visage du comte Bergston.

« Qui diable est-elle ? »

 

Ryouma demanda et le comte Bergston répondit, se sentant anxieux pendant tout le long.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s