Le désespoir de ceux qui sont invoqué 4

 

Le 64ème jour après avoir été invoqué dans un autre monde.

 

« U… unn… »

 

Ryouma se réveilla sur le lit quand le ciel commençait à s’assombrir.

 

« Uh… *Bâillement* »

 

Ryouma laissa échapper un long bâillement.

La première chose que Ryouma remarqua était la porte cassée.

Elle était complètement brisée, et la lumière du couloir brillait dans la pièce.

Puis il commença à se demander où il était, d’une manière ou d’une autre il a fini dans le lit.

 

*Pun*

Une délicieuse odeur stimulait son appétit, l’odeur de ragout passait par l’ouverture de porte brisée.

Il semblerait que les repas sont servis dans la cafétéria en bas des escaliers.

La porte cassée et comment il a fini sur le lit, il y avait certaines choses sur lesquels il s’interrogeait. Mais il était incapable de vaincre sa faim donc il se leva rapidement et descendit.

 

« Oh ! Tu es enfin réveillé !? »

 

Le tenancier leva la tête et salua Ryouma. Apparemment, il faisait les comptes.

 

« Ah, Oui je suis enfin debout, merci et bonsoir… »

 

Hormis quand il s’est enregistré, le propriétaire de l’auberge a rarement parlé à Ryouma.

 

« Le coût de réparation a déjà été payé par les filles qui sont avec toi, donc tu n’as pas à t’inquiéter. »

 

Ryouma répondit avec une expression perplexe.

 

« Ah… Je vois, tu n’es pas au courant huh ? Si c’est le cas, alors tu devrais demander les détails aux filles. Après tout, elles ont enfoncé la porte pour ton bien. »

 

« A part cela, tu n’as pas à te soucier de quoi que ce soit, vu que les dégâts ont été remboursés. Tu souhaites prendre une autre chambre ce soir ? Je vais déplacer tous les bagages si tu le veux. »

 

Il lui semble qu’il n’a pas d’autres choix que d’aller dans une autre chambre.

Après tout, bien qu’il se sente désolé pour la gêne, il ne peut pas dormir avec une porte cassée.

 

« Je comprends. »

 

« Ah c’est vrai, tu n’as pas encore manger depuis la dernière nuit, j’ai raison ? Comme ma femme vient juste de terminer de préparer un ragout, emportes-en dans ta chambre. »

 

« Oui oui ! Vous n’avez pas à le crier sur les toits ! »

 

La femme sortit de la cuisine tout en portant un plateau dans les mains.

On dirait qu’elle a tout préparé tout en écoutant leur conversation.

 

« Voilà ! »

 

Le plateau fut donné à Ryouma, et l’odeur de savoureux ragout avec du pain fraichement cuit stimula grandement son appétit.

Cependant, Ryouma se sentit confus parce qu’il y avait trois portions de nourriture sur le plateau.

Pourquoi les deux autres ont été servis ?

 

*Doga*

Soudainement, le genou droit de Ryouma fut frappé.

 

« Qu’est-ce que tu attends ? Vas-y et apportes aux filles leurs parts ! »

 

Il avait un corps de 190 cm de hauteur et de plus de 100 kg. Ce n’est pas un corps qui est souvent frappé par quelqu’un, surtout pas une femme, dans le genou. Il était donc surpris par le coup de pied.

 

« Toi ! As-tu pensé pendant un moment combien tu as inquiété ces filles huh ? Espèce de malotru ! »

 

On dirait qu’elle n’aimait pas l’expression de Ryouma.

 

« Je ne sais pas ce que tu faisais. Ne pas diner, ni manger quoi que ce soit de ce que nous avons proposé tard dans la nuit… Si tu ne veux pas manger, alors c’est ton problème ! Cependant, parce que tu ne mangeais pas, ces filles n’ont rien mangé ! Elles ont refusé de manger d’elles même !

 

« Eh ? Elles n’ont pas encore mangé ? »

 

La couleur du visage de Ryouma changea.

 

« Haa. C’est pour ça que les hommes sont… UGH ! Ecoutes attentivement ! C’est le moment de se réveiller pour les filles ! Prends ce plateau et manges avec elles ! »

 

Elle repartit dans la cuisine tout en soupirant grandement et secouant la tête.

 

« Eh bien, c’est ce que ça veut dire de ne pas être seul. Je ne sais pas de quoi tu t’inquiètes mais si tu rumines trop à ce propos, tu pourrais perdre une des précieuses personnes dans ta vie. »

 

Après avoir dit ça, l’aubergiste tapa l’épaule de Ryouma et retourna à ses comptes.

 

« Je suis…)

 

Les mots du couple marié restèrent dans l’esprit de Ryouma.

 

Ryouma se souvint qu’il a voyagé seulement dans le but de rentrer chez lui sur Terre ; cependant, ce fut le moment où il reconnut combien Sara et Laura l’ont aidé tout ce temps.

(On dirait que je ne prête pas suffisamment attention à ceux autour de moi…)

 

Pour Ryouma, ce monde n’était que douleur, ayant été invoqué de force. Il ne pensait pas avoir trouvé quelque chose qui l’importait.

Il détestait tout plutôt, spécialement les personnes.

Mais Ryouma a été aidé par les êtres humains de ce monde qu’il soi-disant détestait.

Et pas juste les sœurs, il y avait aussi la dame du restaurant à la capitale, et la réceptionniste à la guilde qui l’ont aidé.

 

Elles ont appris à Ryouma différentes choses qu’il n’aurait jamais deviné de lui-même.

Les relations entre les gens est important. Après tout, un individu ne peut vivre par lui-même. Et peu importe combien Ryouma détestait ce monde, c’était une vérité qu’il ne pouvait nier.

 

*Konkonkon*

 

« Oui. Entrez… »

 

Ryouma entra dans la chambre des deux sœurs.

Ce jour-là, le repas que Ryouma mangea avec les sœurs fut la nourriture la plus délicieuse qu’il ait mangé depuis qu’il était arrivé dans ce monde.

Publicités

Une réflexion sur “Wortenia Senki Volume 2 Chapitre 4

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s