« Alors, laissez-moi confirmer la situation d’accord ? Je vais demander encore une fois, maintenant, je sui devenu votre maitre, c’est ça ? »

 

« Oui. Une relation maitre-esclave a été établie en utilisant le contrat du sang que l’on a fait il y a un moment. »

 

« C’est ça ! Ce contrat du sang, qu’est-ce que c’est ? »

 

Ryouma posa la question tout en fourrant sa bouche de pain.

 

« Un contrat du sang à deux significations. L’un est quand un chevalier jure sa loyauté à un seigneur. Dans ce cas, il n’y a pas de force restrictive. C’est juste une cérémonie formelle où les serments son échangés. Et l’autre est pour lier un esclave de guerre, ou comme certains les appellent… un ‘esclave de combat’ à son maitre. »

 

Entendant cela, Ryouma arrêta sa main tenant un bout de pain qu’il était sur le point de mettre dans sa bouche.

« Esclave de guerre, esclave de combat ? »

« Oui. En plus des esclaves de travail et des esclaves sexuelles, il existe des esclaves spéciaux appelés ‘esclaves de combat’. Juste comme le nom l’implique, ils doivent se battre pour leurs maitres. Cependant, comme il est évident qu’ils à la puissance pour se battre, il y a aussi une chance qu’ils se rebellent contre leurs maitres. Donc, il y a un sceau placé sur eux qui les rend incapable de se battre sans que le maitre ne donne la permission. »

 

Une expression de dégout se montra sur le visage de Ryouma.

Après tout, il est quelqu’un qui déteste l’idée de voir sa liberté violée.

(Cette fois aussi il y a des histoires à propos de d’humains se faisant réduire en esclavage. On dirait que c’est plutôt normal dans ce monde.)

 

« Je vois. Ensuite, la prochaine question. Pourquoi avez-vous décidé d’exécutez une telle chose avec moi ? »

 

Si l’on en croit les explications de Laura, elles ne devraient pas savoir comment savoir faire un contrat du sang.

Il y avait une bonne raison pour Ryouma de penser de telles choses. Bien que la possibilité soit mince, cela pourrait être un piège mis en place par l’Empire. Ryouma se demandait si l’empire l’a volontairement laissé les aider, tout cela dans le but de leurs faire confiance et baisser petit à petit sa garde.

 

« A-A ce propos… »

 

Sara, qui trouvait cela difficile à dire, dirigea son regard vers Laura qui le lui retourna avec un clin d’œil.

 

« C’est bon Sara. C’est normal pour lui de trouver cela suspicieux. Je comprends. Je vais essayer de tout expliquer. Mais je veux que le maitre arde cette histoire secrète. »

 

Etant dominé par son regard déterminé et résolu, Ryouma acquiesça de la tête.

De plus Ryouma ne prenait pas de plaisir dans les potins ni à divulguer les secrets des autres.

 

« Notre nom de famille est Marfisto. A l’origine, c’est le nom d’une ancienne lignée du royaume de Kwiford situé sur la côte ouest du continent central. Notre famille avait l’habitude d’être des chevaliers dans ce pays. »

 

(Ancienne lignée… chevaliers ? Mais cela veut dire que ce sont des nobles huh ? Maintenant que j’y pense, elles ont la beauté et l’élégance pour être de la noblesse. Mais, pourquoi des filles nobles ont finis comme esclave… ??)

 

Pour Ryouma, l’histoire de Laura était loin de ce à quoi il s’attendait.

 

« Si c’est le cas alors ton vrai nom est Laura Marfisto, c’est ça ? »

 

« Oui. La famille Marfisto a servi la famille royale du royaume de Kwiford pendant des générations, que ce soit militairement dans l’armée ou comme de loyaux sujets. Mais les choses ont commencé à changer il y a cinq ans. Les problèmes commencèrent avec des taxes trop élevées entre le royaume de Kwiford et la nation voisine, le royaume de Queft. Cela a empiré en guerre et la chute de Kwiford en fut le résultat. Bien que le territoire de mon père fût situé sur une ile loin des côtes du royaume, les étincelles de la guerre ont aussi fini par atteindre le domaine. »

 

Se remémorant leur maison, des larmes commencèrent à apparaitre dans leurs yeux.

 

« Mon père s’est battu désespérément pour le peuple et le royaume. Cependant, après la trahison du chancelier qui résulta dans l’assassinat du roi et la chute du royaume, il a décidé d’abandonner ses terres. »

 

« Avez-vous fui ensemble ? »

 

Les sœurs acquiescèrent à la question de Ryouma.

 

« Oui. Nous avions prévu de fuir vers un autre pays avec plusieurs soldats. »

 

A la fin, Ryouma était incapable de manger le ragoût sur la table. Même Ryouma ne peut pas continuer à manger en écoutant une histoire aussi dramatique.

 

« Alors qu’est ce qu’il s’est passé pour que des nobles d’une famille de chevalier, qui avait aussi une escorte, terminent en tant qu’esclave ? »

 

« C’est du fait que nous étions trop confiants. »

 

Une expression amère apparu sur le visage de Laura.

 

« Nous avons été incapable de voir au travers de la faiblesse du cœur humain. Le jour où on est arrivé au pays voisin par bateau déguisé comme navire marchand de notre territoire, nos gardes nous ont trahis et ligotés. Puis, ils nous ont vendus au marchand d’esclave. Bien qu’ils nous aient tous servis pendant de nombreuses années… »

 

Etre trahi par ses gardes dans lesquels elles ont placées leur confiance, et être vendu comme esclave.

Il n’y a rien d’autre que le mot tragédie qui puisse décrire cela.

Et puis il y a l’expression qui dit qu’un malheur ne vient jamais seul, il est connu que quand la situation se détériore tout chose autour s’arrangera de lui-même.

 

« Le marchand d’esclave, était-ce le cochon sur patte que l’on a rencontré cette après-midi ? »

 

« Oui. Puisque nous pouvions lire et écrire et avons appris les arts militaires et magiques, ils ont décidé de nous éduquer en tant qu’esclave de combat. »

 

« Je vois. Donc la raison pour laquelle vous connaissez le contrat du sang est ? »

 

« J’ai entendu comment pratiquer le contrat du sang de la bouche de notre père. Il disait que tôt ou tard, il serait nécessaire pour nous de le savoir. »

 

« Alors c’est comme ça… »

 

« Oui. Cependant, le contrat du sang ne peut être exécuté entre esclaves… »

A l’explication de Laura, Ryouma hocha la tête.

C’est normal, du moins c’est ce qu’il pensait. Après tout, s’ils pouvaient faire le contrat du sang entre esclaves, le but du contrat cesserait d’exister…

Il n’y aurait plus aucune restriction et ils seraient capable de se rebeller contre les maitres.

 

« Cela veut dire que tous ce temps, vous cherchiez quelqu’un méritant votre confiance ?… Est-ce que cela signifie que vous me faite confiance ? »

 

« Evidemment. Le maitre a combattu juste pour nous protéger. Je pense qu’une telle personne est approprié pour qu’on le serve. »

 

« J’ai aussi la même pensée. »

 

Suivant Laura, Sara fit entendre son accord.

 

« Fuuu… »

 

Après avoir entendu la situation des deux personnes, Ryouma lâcha un gros soupir.

Publicités

Une réflexion sur “Wortenia Senki chapitre 19 (Partie 2)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s