Il ne pouvait s’empêcher d’être un peu amer. Bien qu’il soit poursuivi par l’empire et ses hommes, il a quand même réussi à mettre son nez dans les affaires des autres.

Même s’il y avait d’autres moyens de gérer la situation, il ne pouvait laisser les filles se faire agressées puis tuées.

 

« Je comprends. Pour le moment, nous allons échanger le contrat du sang. Après cela, on va trier les biens du chariot, prendre les objets de valeur et les pièces d’or. Puis nous nous dirigerons vers la ville d’Aru. Si nous partons maintenant, nous arriverons aux alentours de 20 heures. Mais vous devrez tout m’expliquer dès le moment ou on atteindra la ville, d’accord ? »

 

« Certainement. »

 

Les resplendissants sourires de soulagement venant de l’expression des sœurs se réverbèrent dans la forêt. TN : Pas sûr de la traduction anglaise mais c’est pourtant ce qui est écrit.

 

Après que Ryouma est accompli le contrat du sang avec Sara, il rebroussa chemin et se dirigea vers le chariot. Et il inspecta les objets que les voleurs ont précédemment sortis.

 

« Oi oi. N’est-ce pas plein de choses précieuses ? »

 

En plus d’un coffre rempli de pièce d’or, il y en avait plein d’autre rempli de parure de cheveux et de bijoux comme des saphirs ou des rubis.

 

« Quand quelqu’un est sur le point de vendre un esclave, il doit d’abord le décorer. A quoi ils ressemblent importe sur le prix auxquels ils sont vendus. »

 

« Fuun… »

 

En considérant la taille du chariot, il y avait de la place pour 10 esclaves.

 

« Cette boite remplie de pèces d’or est le revenu de la vente de nos camarades. »

 

S’ils étaient tous aussi beau que les sœurs, il n’est pas difficile d’imaginer d’en tirer une telle somme d’or. Pas étonnant qu’il ait fait autant de profit.

Sans doute à cause du souvenir de comment leurs amis ont été vendus, des larmes s’écoulent lentement des beaux yeux des sœurs.

 

*Crack…Crack*

 

Des craquements venant de la forêt les interrompirent.

 

« Laura… Sara ! »

 

A la voix de Ryouma, les sœurs sortirent leurs épées.

Evidemment c’étaient les lames qu’elles ont récupérées des voleurs.

Elles sont suffisamment efficaces pour qu’elles de défendent.

 

« Est-ce que c’est un monstre ? Ou un autre voleur ?)

 

Puis une voix humaine put être entendu par Ryouma qui trahit sa prévision.

 

« Maitre ! De ce côté ! »

 

Depuis la forêt, un homme.

L’homme regarda les alentours et remarqua l’existence de Ryouma et des sœurs.

 

« Ooh ! Les bagages ? Les biens ? Est-ce que tout va bien ?! »

 

Suivant l’homme, trois autres individus portant des armures apparurent.

Alors que le premier homme se rapprochait, une voix se fit entendre de l’intérieur de la forêt derrière eux.

 

« Il semblerait que les voleurs se soient déjà échappés, pour les bagages je ne sais pas si tout va bien… Mais, les biens sont là. »

 

« Quoi ?! Laura et l’autre ? Est-ce qu’elles ont été utilisées ?! Est-ce que les voleurs les ont déjà violées ? Si elles ont déjà été utilisées, leurs prix vont baisser tu sais !? »

 

« A ce propos, on dirait qu’il n’y a pas de souci ; cependant, il pourrait y avoir un léger problème. »

 

L’homme regarda en direction de Ryouma.

 

« Quoi !? Quel genre de problème ? »

 

« Maitre. Comme la situation semble sûre, sortez d’abord s’il vous plait. »

 

« Tu es sûr qu’il n’y a pas de danger ? »

 

Après avoir dit cela, le bruit des branches se faisant écrasées se fit entendre.

 

(Est-ce qu’il est humain ?)

 

C’état normal pour Ryouma d’avoir ce genre de pensée.

L’homme sortant de la forêt semble mesuré 170 centimètres et pesé environ 200 kg. En gros, il ressemble plus à un cochon sur patte qu’à un humain. Et ce n’était pas comme les sumos qui ont de la graisse recouvrant un physique impressionnant. Non, il était clairement gros à cause d’une surconsommation de nourriture et de boisson sans s’exercer.

Il porte une veste sans manche qui ne recouvre pas son ventre et un pantalon Arabique qui ressemble à ceux des contes de milles-et unes nuits.

 

(Est-ce que cette personne est le marchand d’esclave ? Il ressemble plus ou moins à ce que j’ai imaginé de la personne qui a abandonné Laura et sa sœur de cette manière…)

 

Ryouma ne pouvait s’empêcher de juger l’homme-cochon qui est soudainement apparu en face de lui.

(Hmm il s’est probablement échappé immédiatement, après avoir subi une attaque surprise, sans même opposer de résistance avec ses gardes du corps… Autrement il n’aurait pas pu échapper aux lames des voleurs avec un corps aussi obèse)

 

« Ooh ! Vous allez chacune bien ! Je me demandais si vous aviez toutes deux été violées et tuées par les voleurs ou non ! »

 

Prononçant de tels mots, il approcha les sœurs.

Publicités

Une réflexion sur “Wortenia Senki Chapitre 18 (Partie 3)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s