Pour être honnête, il savait que c’était déjà devenu problématique.

Ryouma voulait vraiment les ramener à la prochaine ville, en ensuite d’immédiatement dire au revoir vu qu’il y a encore le problème concernant les poursuivants de l’empire.

Mais, c’est impossible pour lui de le faire vu que chacune d’entre elles ont dit qu’elles ne peuvent pas bouger.

 

(Eh bien, je suppose que je n’ai pas le choix huh ? Je peux seulement laisser de la nourriture, ma tente et quelques équipements pour qu’elles puissent se préparer à camper…)

 

Ryouma qui savait l’intention des filles ne changerait pas dit aux filles de se préparer pour la nuit.

Bien sûr, il se sentait mal de quitter les deux filles dans la forêt ; mais il avait aussi un plan, donc il était incapable de prendre soin d’elles.

 

(Eh bien, je vais les aider autant que je peux.)

 

Pendant que Laura et Sara commencèrent à se préparer pour la nuit comme demandé, Ryouma transporta les cadavres des voleurs et certains qui semblent être des gardes.

Cependant, une situation inattendue arriva.

 

Ryouma, qui était au beau milieu du transport du deuxième corps dans les bois, entendit les cris des filles.

 

(N’est-ce pas la voix de Sara ?!)

 

Courant désespérément pour revenir auprès des filles, Ryouma vit un voleur auquel l’armure était teinte de sang transportant Sara sous son bras tout en chevauchant un cheval.

 

« Eh enfoiré, ne pense pas que tu peux t’en tirer comme ça ! Après tout, je me souviens de ton visage ! Je vais définitivement te poursuivre et te tuer ! »

 

(Bordel ! J’étais sûr de l’avoir tué !)

 

Cependant, peu importe combien Ryouma jure, rien ne changea.

Il apparait que le voleur qui avait été transpercer au torse ne l’avait pas été suffisamment profondément, et il a réussit à s’échapper en enlevant Sara.

Ryouma attrapa l’un de ses chakrams de son sac à la ceinture et courut à la suite du voleur.

 

(Merde. C’est trop loin.)

 

Le voleur s’éloignait de plus en plus, et la vision de Ryouma commençait à être gêner par les feuilles alors qu’il devenait incapable de courir aussi rapidement que d’habitude à cause des branches d’arbres.

Bien que le chakram soit une arme puissante, il a un seul inconvénient. Il n’a pas de grande portée comme il ne peut voler que sur une distance modérée, à la différence d’un arc qui peut décocher une flèche très loin.

Alors qu’un arc à une portée effective de 220 mètres, sur le champ de bataille, un chakram à une portée effective d’environ 40 mètres. TN : ou plus de 40 mètres s’il venait à maitriser les chakrams.

 

Quand Ryouma arriva auprès des filles, le voleur est déjà parti sur un cheval et était à plusieurs dizaines de mètres de distance.

 

« Et merde ! »

 

Il chercha un cheval mais il n’y en avait aucun. En premier lieu, Ryouma était incapable des chevaucher un cheval, donc même s’il y en avait un, ça serait inutile.

 

« Seigneur Mikoshiba ! »

 

Est-ce qu’elle à été frappée parce qu’elle essayait de protéger Sara ? Du sang apparaissait au coin de la bouche de Laura.

 

« C’est bon. Je vais faire quelque chose ! »

 

Laura secoua la tête en direction de Ryouma qui essayait de la rassurer.

 

« Non. J’ai une requête ! »

 

« Une requête ? »

 

« Oui. Je m’excuse mais, Seigneur Mikoshiba, pouvez-vous couper votre auriculaire ? »

 

Ryouma qui ne comprenait pas les mots de Laura fut confus. « Quoi ?! »

 

Mais son expression était sérieuse.

 

« S’il vous plait. Il n’y a pas le temps ! »

 

Se faisant dire cela tout en pensant qu’il devait se dépêcher de sauver Sara rendit Ryouma un peu confus, mais il coupa quand même son auriculaire gauche.

 

« Comme ça ? »

 

« Oui ! »

 

Empruntant l’épée de Ryouma, Laura coupa rapidement et légèrement son auriculaire gauche et s’agenouilla en face de lui.

 

« O Hava grand Dieu des contrats. Entendez mon serment. »

 

(Est-ce qu’elle… prie ?)

 

« Mon corps, mon âme, mon cœur et mon tout. »

 

Les paroles continuèrent malgré la confusion de Ryouma.

 

« Je dédie tout à mon maitre ! »

« Seigneur Mikoshiba. S’il vous plait donnez-moi votre main gauche. »

 

Ryouma offrit ainsi sa main gauche comme Laura lui disait.

 

« Nous nous engageons par le contrat du sang. »

 

Avec la déclaration de Laura, les deux doigts s’entremêlent et le sang se mélangea.

A ce moment, une lumière radieuse apparut du collier à son cou.

Soudainement, son collier s’émietta sans un bruit et les menottes se détachèrent.

 

« Très bien, il semble que ce soit un succès. Je dois me dépêcher ! »

 

Laura bougea alors son corps musclé. Ce qui fit penser à Ryouma à son corps bien proportionné.

 

Tout en rayonnant de confiance, Laura dit. « Maitre. Autorisez-moi à utiliser mon pouvoir. »

 

Ryouma qui ne comprenait pas ce qu’il se passait acquiesça simplement à cause de son changement soudain.

Laura, qui le regardait, commença à incanter.

 

« O Shilf esprit du vent. Répondez à ma requête. Comme la vitesse du vent ! Protection du Vent divin, protection de vent ! »

 

Après que Laura ait fini son sort, une lueur violette enveloppa chacun de leurs corps.

 

« Maintenant, Maître. Récupérons Sara ! »

Publicités

3 réflexions sur “Wortenia Senki Chapitre 17 (Partie 3)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s