Le combat tourna à l’impasse. Pour Ryouma, trois voleurs lourdement armés n’était pas une menace, mais ces trois-là montrait des signes de coopération et ne laissait pas d’ouverture à Ryouma.

Ryouma rentra alors son épée dans son fourreau, fixa sa procédure et attendit que ses opposants bougent.

Chaque côté continua à se regarder avec hostilité.

(Si ça se poursuit, ça pourrait être mauvais… Je suppose que je n’ai pas le choix, agis ou meurs !)

Soudainement, Ryouma relaxa sa posture et effaça son intention de tuer. Sa poigne sur son épée se relâcha et Ryouma commença à doucement marcher vers les voleurs.

Contrairement à la bataille à l’instant, il ne montrait aucune colère sur son visage ou n’émettait aucune envie de tuer. Il avançait avec l’expression d’une poupée vivante.

 

« S-Stop ! »

 

« Que fais-tu ?! »

 

Son soudain changement surprit les voleurs. Après tout, il n’adoptait aucune posture et il avait beaucoup d’ouvertures. On dirait qu’il peut être tué d’un seul coup.

Pas à pas il s’approchait…

L’un des voleurs fût incapable de le supporter plus longtemps et approcha Ryouma.

 

« Fu… ! Ne te fous pas de moi ! Meurs ! » Il fit une large frappe au-dessus de la tête, visant vers le bas en direction de la tête de Ryouma.

*Fuu*

Ryouma tourna son corps vers le côté droit.

*Zwuzz*

Du sang frais surgit du cou du voleur.

 

« B-Bâtard, qu’as-tu fait ?! »

 

Avec le sang du voleur atterrissant sur le visage de Ryouma, les autres ressentaient de la peur alors qu’il marchait vers eux vide de toute émotion.

Pour Ryouma, si les trois individus venaient à attaquer ensemble en coopérant, il serait difficile pour lui de gagner. Cependant, les voleurs semblaient s’impatienter sans doute parce qu’ils craignent ne pas avoir l’avantage dans le combat.

L’épée de Ryouma s’abattit.

*Zashu*

*Slash*

Ryouma frappa horizontalement comme on le ferait avec une faux, visant vers le torse de l’un des deux voleurs restants qui à crée une ouverture. Utilisant son Momentum, il changea l’angle et trancha le dernier verticalement.

Les ayant tous tués, il secoua sa lame et la retourna à son fourreau.

 

« Fuuuu… »

 

Ryouma lâcha un profond soupir de sa bouche et regarda les alentours, vérifiant le nombre de corps.

(On dirait que j’ai été capable de gérer…)

 

« E-Excuser-moi ? »

 

Une voix se fit entendre de derrière lui.

Ryouma se retourna et une fille aux cheveux d’argent l’approchait.

 

« Ah ! Il y a du sang sur votre visage. »

 

La fille aux cheveux d’argent essuya le sang sur le visage de Ryouma en utilisant sa manche.

 

« Je suis désolé, je ne me suis pas présenté. Mon nom est Laura, je suis la sœur ainée de Sara là-bas » Elle indiqua vers la fille aux cheveux blonds.

 

« Je suis la plus jeune sœur, Sara. »

 

« Je vois, vous allez bien toutes les deux ? »

 

« « Oui. Merci de nous avoir sauvées. » »

 

Alors qu’elles disent cela, elles inclinèrent la tête.

 

« Non, ne faite pas cela je vous prie. Je devrais Je devrais m’excuser pour vous avoir laisser traverser quelque chose comme cela. J’aurais dû vous venir en aide plus tôt… »

 

« Ce n’est pas vrai, c’est suffisant que nos corps n’aient pas été ternies par ces monstres. »

 

« Oui, exactement comme ma petite sœur à dit. Peut importe ce que vous dites, nous sommes chacune reconnaissantes de votre aide… merci beaucoup. »

 

Quand Laura répondit aux mots de Laura, toutes deux inclinèrent la tête une fois encore.

 

Ryouma regarda les deux filles qui le remerciaient, et il ne pouvait s’empêcher d’être fasciner par leurs beautés.

Visages finement découpés avec la peau légèrement bronzée. De beaux membres fermes, et puis il y a leurs grosses poitrines qui pourraient rendre la plupart des femmes jalouses.

Elles portaient des vêtements similaires à ceux de danseuses arabiques. Mais le collier à leurs cous et les menottes ressortent, ruinant un peu leurs apparences.

(Regardant cela, ce n’est pas étonnant que les voleurs aient perdus la raison pour elle huh ?)

Mais, Ryouma senti une quelque chose d’inconfortable venant des filles.

(Qu’est-ce qui se passe ? Ces filles semblent plus forte que les voleurs !)

 

En observant la manière de bouger des filles et comment elles prêtent attention à leurs alentours, il semblerait qu’elles aient des connaissances d’arts martiaux. Tout du moins, elles ne ressemblent pas à des filles qui se font violées par des voleurs.

 

« Emm… ? Quelque chose ne va pas ? » Laura qui semble avoir senti le regard de Ryouma posa la question.

 

« Ah, non, je suis désolé. Je pensais juste à quelque chose. Au fait, quelle est votre nom de famille ? »

 

« … Un esclave n’a pas de nom de famille. »

 

A cause de la réponse de Laura, le visage de Ryouma se crispa.

Il avait pensé à de telles choses en raison du collier et des menottes mais de là à penser qu’elles étaient des esclaves.

 

« Ah… Je suis désolé. »

 

« Pas besoin de s’excuser. N’en tenez pas compte. »

 

Bien qu’ayant dit cela, des ombres apparurent sur leurs visages.

Une aura tendu coulait parmi les trois personnes.

 

(Zut, j’ai merdé… J’ai rendu la situation étrange…)

Il n’ait jamais passé par une situation comme celle-ci par le passé. Et peu importe combien il y pense, il est incapable de trouver une chose à dire pour stopper la situation bizarre… Il était donc reconnaissant quand ce fût Sara qui brisa soudainement le silence.

 

« Emm… Excusez-moi, mais, puis-je vous demandez votre nom ? »

 

Parce qu’il à penser à beaucoup de chose, il a oublié de se présenter.

 

« Ah, oui, mon nom est Mikoshiba. Ryouma Mikoshiba… »

 

« Seigneur Mikoshiba… Seigneur Mikoshiba. S’il vous plait, laissez-moi vous remercier une nouvelle fois. Cette fois-ci, nous avons vraiment été sauvées, merci beaucoup. »

 

Alors qu’elle dit cela, les deux inclinèrent leurs têtes.

 

« Non, c’est bon. Peu importe, qu’allez-vous faire après cela ? Voulez-vous que je vous escorte jusqu’à la ville de Aru ? »

 

Mais la réponse surpris Ryouma.

 

« Non… Je suis désolé mais nous ne pouvons pas partir de cet endroit sans l’ordre du maitre. »

 

A cause d’une telle réponse inattendu, Ryouma n’eut aucune réaction.

Regardant les deux filles, il ne semblerait pas que ce soit une blague.

Ryouma demanda timidement aux deux.

 

« … Etes-vous sérieuse ? »

 

« Oui ! »

 

Les deux filles acquiescèrent au même moment.

 

« Ce maitre, où est-il ? »

 

Il essaya de regarder aux alentours, au cas où leur maitre ait péri à cause des voleurs ou de son attaque surprise. Mais en observant les alentours et déduisant des corps, la personne en question ne semble pas être ici.

 

« Au moment où les voleurs ont attaqué, le maitre s’est enfui avec l’escorte. »

 

Entendant les paroles de Sara, Ryouma fut stupéfait.

Il n’a jamais pensé qu’elle voudrait toujours attendre le commandement de leur maitre qui s’est enfui en les abandonnant.

 

« Laissez-moi demander encore. Votre maitre s’est enfui et vous a laissé derrière ? »

 

« Oui. »

 

« Et vous allez quand même rester ici ? »

 

« Oui. S’il n’y a pas d’ordre du maitre, nous ne pouvons bouger. »

 

(Oi oi… Vous êtes sérieuse ?)

Publicités

4 réflexions sur “Wortenia Senki chapitre 17 (Partie 2)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s