« Je comprends ce que vous voulez dire. Comme c’est mon intuition qui m’a dit d’aller vers l’est… Dame Seria, Sire Rolph et Sire Orlando, vous trois devriez-vous diriger au sud pendant que je vais à l’est. »

 

« En effet, cela serait pour le mieux… Mais, pourquoi ne pas se répartir en deux pour le sud et deux pour l’est ? »

 

Sa suggestion est normale ; cela fait sens de diviser l’unité en deux.

Mais, Sardina secoua la tête en écoutant la suggestion de Rolph.

 

« Non, après tout seulement moi irai à l’Est à cause de mon intuition. De plus, je suis inquiète que Orlando ou Sire Rolph de retenir Seria dans son état actuelle… D’une manière ou d’une autre, j’ai aussi un excellent adjoint, donc je devrais être bien… »

 

Rolph se souvint alors comment Seria la ‘Princesse Blizzard’ est devenu frénétique, criant et se précipitant plus tôt.

 

(Certainement… comme Sa Majesté a dit, si c’est seulement Sire Orlando ou moi, nous pourrions être incapable de contenir Dame Seria… De plus, ce gars est avec elle. Donc Sa Majesté ne devrait pas être en danger)

 

Après avoir écouté les mots de Sardina, Rolph acquiesça immédiatement.

 

« Je comprends. Donc, nous organiserons l’unité selon ce plan. »

 

« Je vous laisse la suite. Sire Rolph. »

 

Après que Rolph ait incliné la tête, il força son corps fatigué à bouger et réorganisa l’unité au travers d’une nuit blanche. Tout cela dans le but d’attraper un seul autre-mondien.

 

============================================================================

 

L’un de ses adjoints vint au rapport sur l’état de l’unité. « Sire Rolph ! Les soldats ont terminé leurs préparations et sont prêt à se mettre en mouvement immédiatement. »

 

« Enfin, Dame Sardina. Devrions-nous y aller ? »

 

En entendant les paroles de Rolph, Sardina pointa son épée en avant.

 

« En avant ! »

 

Quand l’ordre fût donné, 150 cavaliers commencèrent à bouger. Tous pour poursuivre un autre-mondien dont l’ombre ne peut même pas être vu.

 

L’avant-garde était Sardina avec son adjoint chef Saitou à ses côtés.

 

« Votre Altesse, j’ai ordonné la fermeture du poste de contrôle de Adelpho comme vous avez ordonné. »

 

« Je vois. Merci pour ton dur travail. C’était rapide de ta part. »

 

C’était un ordre qu’elle-même lui avait donné hier après-midi.

Même s’il a changé de chevaux, c’était tout de même incroyablement rapide.

Ecoutant le rapport de Saitou, Sardina montra une expression satisfaite.

 

« Allons-nous l’arrêter à Adelpho ? »

 

L’âge de Saitou est d’environ 30 ans.

Ces cheveux se divisaient latéralement pour un ratio de 7:3. Son apparence est semblable à celle d’un salaryman d’élite.

S’il devait porter des lunettes et un complet et marcher dans un quartier d’affaire, il serait capable de s’y fondre immédiatement.

Sardina sourit malicieusement en direction de l’homme qui apporte une atmosphère intellectuelle, et posa une question,

 

« Ah bon ? Ai-je dit une telle chose ? »

 

« Non. C’est pourquoi je demande à Sa Majesté. »

 

A cause de la réponse n’étant pas ce qu’elle attendait, Sardina répondit avec une question en montrant son mécontentement sur son visage.

 

« Alors je vais demander en retour. O mon excellent adjoint-chef. Penses-tu que nous puissions attraper l’autre-mondien à la ville de Adelpho ? »

 

« Non. C’est impossible. »

 

Saitou répondit franchement. Cette fois, Sardina sembla satisfaite par la réponse.

Elle demanda avec un léger rire.

 

« Ah bon ? Je me demande pourquoi cela ? »

 

« Comment allez-vous chercher un homme dont vous ne connaissez pas le visage ? Ou il y a-t-il des preuves que je ne connais pas ? »

 

C’est le problème initial. Tout ce qu’ils savent de l’autre-mondien est que c’est un homme avec une grande corpulence et un esprit impitoyable. Juste ça.

Il y a beaucoup d’hommes qui correspondent à une telle description, pas seulement dans l’Empire mais aussi dans le continent occidental.

La nuit dernière, la poursuite avait lieu avec la supposition qu’il portait l’armure de garde impérial. Mais, ils ont été incapable de la capturer.

 

« Je suppose… Fufufu. Après tout, tu ne connais pas la personne que tu cherches. »

 

Au sourire de Sardina, Saitou plissa les yeux.

 

« Si c’est le cas, qu’allons-nous faire ? »

 

« C’est bon. Comme on ne connait pas le visage. Je n’ai pas le choix que de faire dire à notre opposant qu’il est le criminel, non ? »

Entendant les mots de Sardina, une étincelle puissante apparu dans les yeux de Saitou.

Les intentions de son maitre sont claires pour lui.

 

« Je vois. C’est pour cela que nous avons fermé le poste de contrôle de Adelpho ? »

 

« C’est vrai. En premier lieu, les ressources humaines que nous pouvons utiliser sont limitées ; donc je ne peux espérer beaucoup d’eux. »

 

« Pourquoi ne pas mobiliser la garnison de Adelpho ? »

 

A la suggestion de Saitou, Sardina secoua la tête.

 

« C’est impossible. Si nous déplaçons la garnison loin de la frontière, cela inviterait Zalda à nous envahir. Et nous ne pouvons pas non plus demander aux nobles ne~. »

 

« Je suppose… Si cela fuitait aux autres nobles, cela pourrait les inciter à la rébellion après tout. »

 

Sardina imagina la situation où cette affaire fuitait aux pays voisins et aux nobles impériaux.

 

« Même si c’était annoncé tôt ou tard, maintenant serait mauvais. Cela veut dire que je ne peux rien dire qui dévoilerait la nouvelle… même si cela nous place en désavantage. »

 

A l’explication de Sardina, Saitou acquiesça silencieusement.

Publicités

2 réflexions sur “Wortenia Senki Chapitre 14 (Partie 3)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s