« C’est la plus grande cité marchande du continent occidentale. Si c’est là-bas, vous pouvez alors aussi trouver des objets du continent orientale grâce au continent central. »

 

Pour être honnête, Ryouma était préoccupé.

(Comme il n’y a pas de katana, je vais devoir utiliser une épée huh ? Mais utiliser une épée est difficile après tout. Si c’est le cas, devrais-je utiliser une lance ? Non… si je devais l’utiliser à l’extérieur ce serait bon, mais il serait difficile de l’utiliser dans les villes. Une hache peut-être ?… Je n’ai pas de problème avec une hache, utiliser une arme inhabituelle est comme s’exposer au danger…)

 

« Toi, tu sembles dire que les armes normales n’est pas bon huh… très bien ! Si c’est le cas, je vais te montrer ma collection personnelle. Si tu peux utiliser quelque chose là-dedans, tu peux le prendre ! »

 

« Eh ? »

 

« Eh bien… Ce sont les choses qui ont passées mon jugement, certaines sont des objets que les aventuriers ont ramenés, c’est un des attributs de ce métier. Mais je dois t’avertir, les armes sont souvent difficiles à manier, c’est pourquoi elles ne sont pas populaires parmi les visiteurs ordinaires. Il y en a aussi que même moi je suis incapable de maitriser. Ces armes, je les ai incorporées dans ma collection ! Je connais quelques katanas. Parmi ma collection, il y en a peut-être une ou deux qui seront utilisables par toi. S’il y en a une, je te la donnerai ! »

 

Pendant qu’il dit cela, le vieil homme conduisit Ryouma derrière le comptoir et descendit les escaliers menant à la case.

 

Une porte en acier attendait dans la cave, et le vieil homme sortit une clé de son pantalon, qu’il utilisa pour déverrouiller la porte.

 

« Maintenant entre s’il te plait, voyons voir si oui ou non il y a quelque chose qui te satisfera. »

 

Quand ils se sont rencontrés, le vieil homme l’avait appelé un nouveau venu. Mais avant qu’il ne le sache, le vieil homme avait déjà commencé à lui parler comme s’ils étaient familier l’un l’autre.

(Je suppose qu’il m’a accepté jusqu’à un certain point huh…)

La manière dont le vieil homme parle à Ryouma a changé à peu près quand Ryouma lui a montré qu’il savait faire la différence sur comment elles sont créées.

On dirait que les artisans sont plus amicaux avec les clients qui peuvent apprécier leurs travaux.

La pièce que le vieil homme montre est plutôt vaste.

Dans la pièce qui faisait environ 50 mètres carrés, il y a de nombreuses étagères alignées.

 

« L’étagère de droite est remplie d’épées, puis après les lances, haches, arcs, et ainsi de suite. Toutes ces armes sont clairement des pièces de maitres ; Ce sont des armes qui choisissent leurs maitres. »

 

En disant cela, le vieil homme amena Ryouma à l’étagère la plus à gauche.

 

« Ce que je veux te montrer est ceci… »

 

Comme le vieil homme lui a dit, Ryouma se tourna vers les objets sur l’étagère.

La première chose qui apparait est un tonfa en bois*, le suivant, c’est un nunchaku ; de plus, il y a aussi un gabishi, les dernières choses sont des chakrams* et un bâton.

 

(Qu’est-ce que c’est… pourquoi des objets si uniques…)

 

« Comment c’est ? »

 

Je secoue la tête à la question du vieil homme.

 

« Trop unique huh… »

 

« Comme attendu… Ne sais-tu pas comment les utiliser ? »

 

Ryouma secoua la tête.

 

« Si c’est seulement les utiliser, alors je peux… mais je ne me suis jamais entrainé en les utilisant. »

 

Ryouma prit alors le tonfa dans ses mains.

*fon*

Le tonfa tourna brusquement et trancha l’air.

 

« Oi oi. Donc, ce n’est toujours pas bon ? »

 

Le vieil homme demanda à Ryouma tout en le regardant intéressé.

Ryouma reposa le tonfa et dit.

 

« Pas bon. Je connais son utilisation basique, mais il est inutilisable vu que ce n’est pas adapté pour des batailles de type 1 vs beaucoup. Je ne peux juste pas l’utiliser dans un vrai combat. »

 

Ecoutant la réponse de Ryouma, le vieil homme demanda.

 

« Tu… tu n’es pas un débutant ordinaire huh ? C’est la première fois que je rencontre quelqu’un comme toi. Je pensais que tu étais un simple amateur. Cependant, la manière dont tu parles n’est quelque chose de normal… »

 

« Oh, je t’en prie vieil homme… Je suis vraiment un débutant tu sais. C’est seulement parce que mon père m’a amené à de nombreux endroits ; donc j’ai assimilé beaucoup de connaissances. »

 

Ryouma répondit en souriant ironiquement.

 

« Je vois… eh bien c’est bien. Donc, comment c’est ? »

 

On dirait qu’il n’est pas convaincu, cependant, le vieil homme urgea Ryouma à décider d’une arme.

 

« U~n… »

 

Ryouma avança vers l’intérieur en répondant vaguement.

(Je ne veux pas dire que c’était inutilisable pour moi. Mais je pense qu’utiliser quelque chose de trop unique se distinguera aussi…)

Chaque arme a un avantage.

Cependant, de l’entrainement est nécessaire pour faire ressortir l’avantage.

Et de plus, une forme unique attire l’œil du public.

Et Ryouma ne veut pas attirer l’attention tant qu’il a des poursuivants.

 

« Oh ! »

 

Et Ryouma qui arrivait au bout vit un certain article.

C’est une chaine avec un poids de chaque côté.

La longueur est d’environ 80 cm ? Les chaines sont fines ; donc ça peut être caché sous les vêtements.

 

« Est-ce que c’est ce celui-là ? Il est dit que c’est quelque chose qu’un autre-mondien a apporté, mais que penses-tu de ces chaines ? »

 

Ryouma répondit alors que le vieil homme regardait les chaines dans ses mains.

 

« Autre-mondien ?! »

 

« En effet. Les choses sur cette étagère sont des objets qui ont été ramené par les autres-mondiens. »

 

Il se demandait pourquoi les cultures de l’Est et de l’Ouest étaient autant mélangées, Ryouma comprenait maintenant après avoir entendu l’histoire du vieil homme.

C’est parce qu’ils ont invoqués des races différentes au hasard pendant longtemps.

(Je vois ! C’est donc pourquoi la culture semble développée dans certains domaines mais surprenamment basse dans d’autres domaines ! »

En d’autres mots, ils peuvent seulement utiliser les connaissances que les personnes invoquées ont, qui peuvent être utilisées dans ce monde. La carte bancaire est un bon exemple. Peut-être que c’est parce qu’une personne invoquée de l’époque moderne a utilisé un réseau bancaire dans ce monde.

Bien que sans ordinateur, il est impossible pour lui de comprendre comment ils l’ont implémenté, mais il n’y a pas d’erreur.

Au contraire, certaines personnes utilisent du papier de parchemin, est-ce parce qu’il y a très peu personnes avec les techniques de création du papier ? Ou est-ce que le papier est cher ?

En d’autres mots, certaines parties de la culture dans ce monde sont très développées, mais comme ils n’ont pas les connaissances pour tout implémenter, la société reste médiévale.

Le vieil homme commença à parler à Ryouma qui est perdu dans ses pensées.

 

« Qu’est ce qui ne va pas ? »

 

Le vieil regarda le visage de Ryouma avec méfiance.

 

« Ah ! Non… J’étais juste un peu préoccupé… »

 

Ryouma prit la chaine pour cacher ses pensées.

(Ce n’est pas mal… comme j’ai appris comment utiliser les manrikigusari* avec grand-père. Ce n’est pas mal comme arme dissimulée cependant…)

Il n’y a aucun intérêt a caché des armes dans ce monde.

Parce que l’on peut transporter des épées et lances et marcher normalement dans la rue.

Après avoir réfléchit intensément, Ryouma choisit les chakrams comme arme de lancée.

Ça a un diamètre de 5 centimètres et le bord est aiguisé.

On peut facilement l’imaginer en imaginant un CD avec les bords tranchants.

Il y a quatre raisons à pourquoi j’ai choisi cela.

  1. C’est facile à lancer comme il a une forme arrondie.
  2. Je peux utiliser la forme iai comme méthode pour lancer.
  3. Comme la surface entière est une lame, ça a forte capacité à tuer comparé à un lancer de couteau.
  4. Et je peux suffisamment l’utiliser comme shuriken.

 

Ryouma en prit 20 pièces.

 

« Vieil homme. S’il te plait, donne-moi ce gars et une épée. »

 

Le vieil homme me regarda l’air surpris.

 

« Je pensais que tu n’aimais pas les épées ? »

 

« Eh bien. Parce que demain j’ai besoin d’accomplir une quête, je pense que j’en ai besoin d’une après tout. »

 

« Ah bon… on ne peut rien y faire si tu es pressé huh. Je vais choisir quelque chose que tu peux utiliser à une main. »

 

« Merci beaucoup. » Ryouma inclina la tête calmement.

Publicités

3 réflexions sur “Wortenia Senki chapitre 11 (Partie 3)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s